La 4e Devolution Conference réclame un financement accru pour les comptés du Kenya

4th Annual Devolution Conference

La dernière édition de la conférence annuelle a porté sur l’impact de la décentralisation sur la vie des Kényans  


Les 47 « counties » –comptés ou régions– du Kenya ont tenu du 7 au 9 mars la quatrième et dernière édition de la Devolution Conference, la réunion nationale annuelle pour débattre la situation du processus constitutionnel de décentralisation lancé en 2013. Cette année, le Conseil de Gouverneurs du Kenya a tenu la conférence au compté de Nakuru, dans le Kenya Wildlife Service Training Institute de Naivasha. 

Intitulée « Devolution Transforming Lives: Tell your story! », la rencontre a été conçue comme une plateforme pour le partage des expériences vécues dans le cadre du processus au Kenya, pour analyser son fonctionnement dans chacun des territoires et son impact sur la vie des kényans. Des progrès ont été constatés dans des domaines clés comme l’éducation, la santé, le transport et l’agriculture, ainsi qu’une amélioration des infrastructures et une plus grande autonomisation des jeunes, parmi d’autres. En plus, la table ronde consacrée à la transformation économique et entrepreneuriale a mis en évidence une plus grande attirance des investissements étrangers au pays.

Toutefois, la rencontre conclut avec une forte exigence des gouverneurs à l’État : plus de fonds pour les comptés. Particulièrement, un apport supplémentaire de 30%. Les dirigeants régionaux ont fait des démarches auprès du Sénat pour qu’il effectue la modification de l’Article 203 de la Constitution qui permettrait d’accroitre l’allocation des recettes nationales à 45% (la Constitution prévoit actuellement une allocation de 15%). Dans un communiqué conjoint, ils ont annoncé que les basses allocations ont affecté le fonctionnement de certains secteurs décentralisés du pays, comme la santé, les bibliothèques, les routes et l’agriculture. Ils ont donc demandé « que le Sénat légifère sur cette question, pour assurer une allocation d’au moins 45% pour un partage équitable ».

La dernière Devolution

Une autre conclusion de la conférence a été le besoin d’accélérer la mise en œuvre réelle de la décentralisation, puisqu’on a reconnu que quatre ans plus tard le processus fait encore face à défis : « les organismes publics, les sociétés et les autorités régionales de devraient être restructurés pour les aligner sur le système de gouvernance décentralisée ». Cette quatrième édition a été la dernière Devolution Conference que le Conseil de Gouverneurs va organiser pour suivre le processus, avant de mener à terme en août un enquête pour analyser les réussites obtenus au cours des derniers quatre ans.

 

Newsletter

Abonnez-vous à nos dernières nouvelles ...
 

Message COVID-19 du Président Sekkal


© All rights reserved ORU. Barcelona 2021