La Vénétie et la Lombardie auront plus d'autonomie

Le 22 octobre, les régions italiennes de la Vénétie et de la Lombardie ont tenu un référendum pour demander plus d'autonomie au gouvernement de l'Italie. Douze millions de citoyens ont été appelés à voter lors d'une consultation qui n'était pas contraignante, mais qui s'est déroulée conformément à la Constitution. Le grand défi était la mobilisation. Les présidents, Luca Zaia et Roberto Maroni, avaient besoin de la plus grande participation pour avoir de la force lors de la négociation de plus de compétitions.

En Vénétie il y a eu un 57,2% de participation, avec 98% des voix en faveur d'avoir plus d'autonomie. En Lombardie, 40% des électeurs ont voté, dont 95,3% l'a fait favorablement. Ce n'était pas un taux de participation très élevé, mais c'était suffisant pour entamer un processus de négociation avec Rome que le Premier ministre italien, Paolo Gentiloni, a accepté.

Les deux processus, menés par la Liga Norte, ont reçu le support de Silvio Berlusconi et Forza Italia. Luca Zaia, président de la Vénétie, affirme cependant qu’il ne s’agit pas d’un processus d'un parti politique. "Le parti de l'autonomie n’existe pas, c’est tout simplement les citoyens de la Vénétie. Aujourd'hui, gagne le désir d'être souverains chez nous."

Les deux régions vont demander la plupart des 23 compétences qui pourraient passer aux régions, selon la Constitution. La sécurité, l'immigration, l'éducation, la santé et les retraites sont les principaux enjeux. Cependant, les compétences seront aussi importantes que les ressources, car les deux régions subissent un grand déficit budgétaire (environ 54.000 millions par an, selon le gouvernement régional, dans le cas de la Lombardie).

 

Newsletter

Abonnez-vous à nos dernières nouvelles ...
 

Message COVID-19 du Président Sekkal


© All rights reserved ORU. Barcelona 2021