Un engagement d'action sans précédent

 

INTERVENTION DU COLLECTIF DES AUTIRITES LOCALES REGIONALES ET  MUNICIPALES (LGMA) LORS DE LA CONSULTATION PRÉ-COP21  À PARIS LE 8 NOVEMBRE 2015

 

Mesdames et Messieurs les Ministres, chers collègues, chers amis 

Au nom du collectif des autorités locales régionales et municipales (LGMA), nous vous remercions pour l'aimable invitation des Présidences de la COP20 et de la COP21 à participer à ce dialogue de haut niveau aujourd'hui. 

Dans 22 jours, le monde suivra anxieusement vos efforts pour conclure un accord collectif sur un « Paquet Climat Paris » ambitieux et inclusif à l'issue de la COP21. Un « Paquet Climat Paris » est essentiel pour 2 raisons : 

  • Premièrement, les engagements individuels actuels des gouvernements nationaux à travers leurs INDC peuvent mettre un frein à certaines trajectoires, mais sont insuffisants pour limiter le réchauffement planétaire à 2 degrés Celsius d'ici la fin de ce siècle, comme recommandé par le GIEC.  Un échec à Paris sur un cadre mondial ne ferait qu'empirer ce scénario. 
  • Deuxièmement, un échec du processus CCNUCC invaliderait également les progrès réalisés dans le cadre du programme de développement post-2015. Il est impossible de transformer notre monde en un monde durable sans un engagement et chemin clairs vers des sociétés et économies à faible émission de carbone et hautement résilientes.

Ceci dit, nous souhaitons également souligner 2 raisons pour lesquelles nous estimons que vous pouvez conclure de manière positive la COP21 :

  • Tout d'abord il existe un degré d'engagement et d'action sans précédent à d'autres niveaux gouvernementaux et parmi l'ensemble des acteurs de la société agissant pour un développement humain respectueux du climat ; 
  • Ensuite le projet de texte résultant des négociations ADP ayant eu lieu à Bonn il y a 2 semaines comprend de bonnes options pour un accord global. 

Nous espérons fortement que, dans le cadre d'un régime climatique inclusif vous reconnaîtrez et collaborerez avec l'ensemble des acteurs non-étatiques, en particulier avec les autorités locales et infranationales en tant que vos partenaires dans le cadre des initiatives mondiales. 

La référence à une action climatique locale et infranationale dans plus de 50 % de l'ensemble des INDC soumises jusqu'à présent constitue un autre signal qui motive notre travail. Cependant, un régime non exclusif doit également être doté de l'ambition nécessaire. 

Par conséquent, nous vous demandons de montrer davantage d'ambition en adoptant des objectifs chiffrés à long terme en matière de neutralité carbone, d'énergies 100 % renouvelables et d'adaptation d'ici 2050 et en créant un solide cadre traitant des questions de "pertes et dommages" dus au changement climatique. 

Par ailleurs, nous croyons qu’un accès facilité au financement des collectivités locales du Sud leur permettra de répondre plus rapidement aux objectifs de développement durable adoptes en septembre dernier aux Nations-Unies. 

De notre côté, nous, les autorités locales et infranationales, réunirons nos réseaux et partenaires au sein du Pavillon des Villes et Régions tout au long des deux semaines de la COP pour présenter nos actions de transformation pouvant être mises en œuvre immédiatement et ainsi contribuer au régime mondial. 

Le 4 décembre 2015, lors du Sommet des Élus locaux pour le Climat de la mairie de Paris, nous organiserons notre convention mondiale qui récapitulera nos engagements, présentera nos résultats et incitera notre collectif à accélérer le pas dans notre course vers le sommet. 

Nous attendons avec impatience des discussions et une collaboration fructueuses avec l'ensemble des Parties, présidences, coprésidences de l'ADP et le secrétariat de la CCNUCC dans le cadre de notre travail sur la feuille de route climatique des autorités locales que nous avons initié depuis 2007. Nous apprécions particulièrement le soutien que nous avons reçu par le biais du Programme d'action Lima-Paris (LPAA). 

Nous souhaitons néanmoins souligner qu’à partir de la COP21 la gouvernance du Programme d’action Lima-Paris doit intégrer la gouvernance multi-acteurs, conformément aux déclarations faites par le Président François Hollande, lors du Sommet Mondial Climat et Territoires au mois de juillet dernier à Lyon. L'année 2016 doit être mise à profit pour mettre en place concrètement cette gouvernance multi-acteurs avec une conclusion lors de la COP22. 

Nous avons aussi construit tout au long de l’année 2015, à travers des sommets continentaux, une dynamique de la société civile et des collectivités locales et territoriales à Yamoussoukro (juin 2015), à Lyon (juillet 2015), à Toronto (juillet 2015), à Bogota (septembre 2015) et bientôt à Paris (décembre 2015) et nous avons su créer ensemble (Instituions internationales, Etats et acteurs non-étatiques) une dynamique qu'il faut poursuivre et consolider. Par conséquent, nous sommes confiants que l’accord de Paris 2015 reconnaîtra et soutiendra les efforts déployés par tous  les acteurs non-étatiques et qu’il les inscrira dans la décision "Work Stream 2". 

Nous avons hâte de travailler à vos côtés et de vous communiquer nos suggestions pour contribuer à donner confiance aux citoyens du monde que nous agissons, que nous devons agir et que nous devrons continuer à agir en faveur de notre climat et des générations futures.

Nous vous remercions de votre attention,

 

Bernard Soulage

Vice-président délégué à l’Europe et aux Relations internationales 
Membre du Comité des Régions
Co-pilote du Sommet Mondial Climat et Territoires

 

 


© All rights reserved ORU. Barcelona 2020