La vision de bien-vivre du point de vue de l'autonomie d'un territoire amazonien

Nous, les enfants de Morona Santiago (République de l'Équateur), étions conscients que notre province était la patrie verdoyante géante, fructueuse et abondante, la merveille incarnée.  

L’idée infantile d’une fable de la province a duré et perduré pendant une longue période. Sans exagérer. Cette idée a perduré jusqu'à ce qu’un jour, nous avons commencé, adolescents déjà, à découvrir qu’en Morona Santiago, il y avait des zones inhabitées, les zones invisibles qui n'ont jamais été habitées par des êtres humains.

Notre province amazonienne était, en bref, une illusion, nous ne la connaissions pas pleinement. La forêt était, à certains égards, grande et étrangère même pour ses propres habitants. Son histoire récente, sentie et vécue, commence peu à peu à se connaître et à se reconnaître à travers de ses propres peuples.

L'éducation fut la révélation: les habitants de la province ont commencé à apprécier avec des yeux neufs la forêt, la biodiversité, la faune variée et unique, des rivières, l'humidité et de l'oxygène. Les nationalités ont découvert les colons, eux, de leur côté,  sont éblouies par des cultures inattendues. 

Surprise de s voir pour la première fois, dans plus d'une dimension simultanée, enrichie et élargie, Morona Santiago a allumé son identité pour elle-même et pour le pays.

Les différents peuples ont commencé à partager la géographie et l'histoire ; ils ont commencé à cohabiter. Dans ce processus, qui continue encore, tout le monde comprend tout le sens du mot multiculturalisme et de la profondeur vécue du mot l'interculturalité.

Les cultures fatiguées d’autres pays éblouissent: Morona Santiago est le paradis terrestre que Dieu a octroyé à la Terre. Cette constatation supérieure nous a donnés aux Indiens, aux colons, aux missionnaires et aux jeunes, le concept ou la preuve qu’unis, nous pouvons jouer un rôle de premier plan dans les provinces amazoniennes de l'Équateur.

Peut-être notre santé civique consiste à savoir comment nous avons grandi. Les missionnaires salésiens n’étaient pas seulement des évangélisateurs et des enseignants, sinon des ingénieurs courageux qui ont ouvert les routes persistantes jusqu’à présent. Les colons ont créé des colonies et des villes. L'État, postérieurement,  a incité la viabilité qui a permis d’ouvrir l'entrée de la côte et des montagnes à l'Amazonie, au cœur de la province. Cette épine dorsale amazonienne (réseau routier) est un processus en cours, visant à intégrer toutes les provinces de l'Amazonie. La construction de la route interocéanique ciblant à unir l'océan Pacifique et l'Atlantique, et qui inclut notre province, n’est pas une nouvelle proposition. Le général Victor Proaño, fils adoptif de Morona Santiago, était le grand visionnaire de la route destinée à relier deux océans lointains. 

A la recherche de la compétitivité territoriale, la plus belle province de l'Amazonie ne propose pas de mots, sinon 2800 km de routes pour l'intégration, la productivité, le tourisme et la paix.

Un rapport révélateur de l'Indice de Développement Humain publié par les Nations Unies dit catégoriquement ce que nous avons pressenti : « Aujourd'hui, l'État-nation est trop petit pour des grandes choses, et trop grand pour des petites choses ».

Afin que la démocratie fonctionne et ne soit pas une pure rhétorique, en Morona Santiago nous promouvons, du gouvernement provincial que je dirige aujourd'hui, la décentralisation qui, en fait, ajoute de la diversité à l'unité. En plus, nous favorisons l'autonomie qui encourage la probité administrative, la supervision publique et la gouvernance territoriale.

En Morona Santiago, nous incitons la construction de pactes sociaux pour renforcer la démocratie, la souhaitée transition de la représentation exclusive à la participation des citoyens. Nous cherchons à créer un pont entre le souhaitable et le possible. Nous rêvons avec les pieds sur la terre.

Nous cherchons à penser stratégiquement : nous savons que chaque habitant est un message et, par conséquent, il est nécessaire d'augmenter le coefficient civique et le coefficient écologique de tous. La simple existence de lois et d'ordonnances ne garantisse pas la coexistence humaine et sociale.

La pluralité féconde est l'un des piliers du tourisme. A la magie et à la tendresse de la forêt, il faut ajouter ce qu’émerveille la plupart de visiteurs et de touristes: les rituels et les expressions de deux cultures vivantes qui sont à la fois la réalité et la légende. Les cultures Shuar et Achuar. Il n'y a pas un seul amazonien, indien ou colon, qui ne soit pas un métisse.

Mille symboles, mille raisons et mystères, nous disent que l'eau de Morona Santiago est l’eau de l’Univers. Sans exagérer. Nous, les habitants de la province, savons que nous habitons un territoire stratégique pour l'Équateur. Nous sommes une région frontalière qui ne borde pas seulement avec le Pérou, mais par le droit et la valeur, limite avec le fleuve Amazonie : nos rivières nourrissent la mer bleue et le fleuve le plus important du monde. Nous, en fait, sommes un territoire idéal pour l'économie et le commerce international.

Notre territoire est écologique, touristique, exempt de pollution environnemental. L'énergie propre et potentielle abonde. La société interculturelle souligne les coïncidences, plutôt que valoriser des différences, même les importants. Pour nous, c’est les gens, avant tout.

Nous, les Shuar, aimons expliquer le monde entourant à travers des allégories. Nous n’abandonnerons jamais la légende et le mythe. Quelque part dans le monde on raconte que dans les endroits accueillants et généreux, il y a un fil ancien qui est réel mais invisible. Ce fil unit les gens destinés à se retrouver, quel que soit le temps, le lieu ou la circonstance. Ce fil peut devenir plus fin ou se tortiller, mais il ne se casse jamais.

Le fil de la fraternité permanente est ce qui nous a conduit à soulever cette vision; une vision qui montre ce que nous sommes et ce que nous avons d'une manière franche et ouverte.

La réalité ne peut pas être un mystère ni l'espoir une consolation.

 

Marcelino Chumpi Jimpikit

Préfet du Gouvernement autonome décentralisé provincial de Morona Santiago

État plurinational de l'Équateur.

 


© All rights reserved ORU. Barcelona 2020