Une nouvelle étape pour la Province de Buenos Aires

Sierras de Ventania, Provincia de Buenos Aires

L’Argentine et la Province de Buenos Aires vivent aujourd’hui une nouvelle étape.  Le Gouvernement National en fonction depuis le 10 décembre a été élu par la majorité des argentins et représente un changement par rapport à l’ancien, mais ce n’est pas tout. C’est la première fois depuis de nombreuses années que le Président et la Gouverneure partagent les mêmes valeurs. Il y a plus de dix ans que nous faisons partie de la même équipe. Nous entendons la politique comme un service aux personnes, nous croyons au dialogue et au travail avec tous les acteurs pour parvenir aux meilleurs résultats. Le fait que les argentins et les habitants de Buenos Aires aient choisi une alternative après tant d’années montre bien l’espoir que nous vivons dans notre pays: nous avons la certitude que nous pouvons faire les choses autrement et que le moment est venu de développer nos potentialités. 

Cela représente une occasion historique. Au niveau régional, la Province de Buenos Aires peut être considérée comme un pays. Avec plus de 16 millions de personnes, qui représentent 40% de la population argentine,  elle a une population semblable à celle de l’Équateur, le Chili ou la somme des populations d’el Salvador, le Nicaragua et  du Costa Rica. Plus de 40% du système de santé publique et plus de 30% des écoles publiques du pays se trouvent à Buenos Aires. Elle contribue pour 37% du PIB national, produit 54,5% des produits manufacturés et 35,8% des exportations. Sa production est l’une des plus diverses: des produits primaires, de l’énergie et de l’agro-industrie à tel point que 80% des céréales et plus de 60% du tournesol du pays proviennent de la province. Il s’agit du moteur productif le plus important de l’Argentine. 

Notre point de départ n’était pas facile. Nous avons trouvé une province sans crédits, avec un grand déficit fiscal et une profonde dette sociale qui se traduit par des écoles et des hôpitaux qui ne se sont pas construits, des routes qui ne se sont pas réparées, des ouvrages hydrauliques qui n’ont pas atténué les inondations et des familles qui vivent encore sans service d’eau et d’égout. 

Malgré les difficultés rencontrées, nous avons travaillé depuis le premier jour avec la certitude que nous pouvons créer des opportunités pour que les habitants de Buenos Aires puissent développer leurs potentialités et être acteurs de notre temps.  Nous nous sommes proposés de construire le pont entre ce que nous sommes et ce que nous pouvons devenir. Et nous savons que c’est possible parce que nous avons déjà commencé à le faire.  

Nous avons adopté des lois qui conduisent à d’importants changements dans la manière dont nous gérons l’État et qui nous permettront d’avoir un Gouvernement transparent, souple, efficace et plus proche des gens. Nous avons réduit de 30% le personnel politique et nous avons diminué de moitié les dépenses publicitaires.  Nous avons commencé à mettre de l’ordre dans les comptes de la province et nous avons parvenu à un placement d’obligations pour une valeur de 1 250 millions, à 8 ans, présentant le taux le plus faible de l’histoire de la province. 

Nous misons sur le travail conjoint avec les 135 municipalités, indépendamment du parti politique de chaque un, parce que nous pensons que ce qui importe davantage c’est de développer des initiatives efficace pour résoudre les problèmes des citoyens.  C’est pour cela que nous avons créé le Fonds d’ Infrastructure Municipale et le Fonds de Sécurité pour les Municipalités avec lesquels les gouvernements locaux pourront mener à bien les travaux dans des délais plus réduits et générer du travail véritable. Nous allons créer plus de 100 mil emplois seulement par l’investissement public. 

Nous sommes convaincus que tous ensemble, nous pouvons obtenir davantage. C’est pourquoi, faire partie de l’Organisation des Régions Unies offre une excellente occasion pour la province. Nous voulons que tous les gouverneurs qui représentent les milliards de personnes qui vivent  sur notre continent puissent compter sur nous pour faire face aux problèmes communs. Dans certains cas, les difficultés que rencontrent nos gouvernements sont semblables, et échanger nos histoires nous offre la possibilité de parvenir à des solutions innovantes, à apprendre sur la base des expériences des autres et à travailler à l’élaboration de propositions visant à stimuler notre croissance. 

Il est temps de nous ouvrir et montrer au monde ce que nous sommes capables de faire. Nous voulons qu’on fasse confiance à l’Argentine, qu’on sache que la Province de Buenos Aires est ouverte au dialogue et au travail. Le chemin à parcourir exige une volonté de travailler ensemble pour renforcer les capacités de notre région et multiplier les opportunités pour nos citoyens. 

 

 

María Eugenia Vidal

Gouverneure de la Province de Buenos Aires

 

 

 

 

 


© All rights reserved ORU. Barcelona 2020