Le leadership des régions dans la territorialisation des ODD

 

Federico Buyolo,

Directeur Général de Coopération et Solidarité de la Generalitat Valenciana

 

Devons-nous laisser toute action en faveur des ODD aux États-nations ? L'Agenda 2030 est-il un guide de travail ou cela signifie-t-il plus qu'un recueil de 169 objectifs ? Les régions sont-elles préparées pour mettre en place l'agenda ?

L'Agenda 2030, contrairement aux Objectifs du Millénaire, nous appelle à avoir une vision universelle impliquant de multiples acteurs et à mettre en œuvre à tous les niveaux. Pour cette raison, nous devons comprendre que les actions à entreprendre ne soient pas exclusives aux États-nations, ni s’atteindre à que le leadership vient uniquement des gouvernements nationaux. C’est le moment de tous d'assumer la partie qui nous correspond et de mettre en œuvre nos ressources afin d’aligner les politiques locales et régionales sur les Objectifs de Développement Durable.

Aujourd'hui, il existe une double ligne de travail renforcée: les problèmes Locaux nécessitent des solutions Globales et, également, les problèmes Globaux ont besoin de solutions Locales. Le monde est multipolaire et interconnecté, il ne suffit pas de mettre en place une politique ascendante. Le dialogue est multilatéral et cela nous oblige donc à repenser, en tant que régions, notre rôle dans le leadership de cet agenda de transformation et de développement.

La mise en œuvre de l'agenda au niveau national ne sera pas possible sans la contribution des régions et des villes. Il ne s’agit pas d’un agenda de politiques mondiales, mais d’un agenda de transformation de la société actuelle dans une perspective de développement intégrée qui favorise une économie éthique pour une société inclusive qui respecte l'environnement.

Il serait erroné de penser que l'Agenda 2030 est juste encore un document approuvé et accordé par 193 pays. Nous ne pouvons pas voir les Objectifs de Développement Durable comme des accords à minima, un recueil de bonnes pratiques sans obligation d’accomplissement, même pas un document qui remplace les anciens Objectifs du Millénaire. C'est avant tout, un programme de transformation qui met l'accent sur l'élimination des inégalités. Face aux défis du millénaire centrés sur la fin de la pauvreté dans les pays les moins avancés, aujourd'hui, nous sommes confrontés au besoin de lutter contre les inégalités entre pays et au sein des pays ainsi que favoriser une meilleure redistribution des ressources. Nous sommes la première génération avec les connaissances et les ressources nécessaires pour mettre fin à la faim dans le monde.

Pour cette raison, nous devons comprendre que l'Agenda 2030 n'est pas un décret de bonnes intentions ni un recueil de mesures à adopter de manière désordonnée. C'est un programme de transformation qui met l'accent sur les personnes et sur le changement de la situation actuelle pour générer la prospérité et la paix dans une planète durable. Une performance qui ne sera possible que si nous sommes en mesure de générer des alliances pour un développement inclusif.

Il ne s'agit pas de dicter des normes, de mettre en œuvre des politiques de gouvernement ou d'établir un cadre normatif, c'est avant tout un travail continu et permanent qui a pour but d’internaliser dans les institutions, les entreprises, les organisations sociales et la citoyenneté en général, une volonté claire de construire ensemble le nouvel avenir de la justice sociale.

Les régions ont les capacités nécessaires pour relever ce défi. La politique de développement territorial doit intégrer dans sa compréhension de la planification, de la mise en œuvre et de l’évaluation, les trois dimensions du développement durable: économique, social et environnemental. Aujourd'hui, nous avons les connaissances nécessaires pour développer cette transformation, nous disposons des ressources humaines et matérielles, et nous sommes déterminés à conjuguer nos efforts dans la réalisation des objectifs de développement durable.

Pour cela, notre action doit être orientée vers la territorialité des ODD ainsi que sur la création des alliances pour le développement durable. Dans ce sens, nous avons une double fonction. D’une part, conduire la transformation de la société actuelle et, de l’autre, impliquer les citoyens dans la réalisation de ce défi transformant.

Nous devons informer pour visualiser, sensibiliser pour exiger et nous engager pour agir. Il est temps de renforcer et d'autonomiser la société commençant par le niveau local avec une vision de la citoyenneté mondiale engagée dans le développement durable.

La réalisation de l'Agenda 2030 a besoin de deux facteurs fondamentaux: avancer dans une éducation inclusive et de qualité dans n'importe quelle partie du monde, ainsi que renforcer le développement économique local en tant que moteur de toutes les politiques sociales, économiques et environnementales.

Les régions sont le lien fondamental entre le local et le global. De la coordination et de la promotion de l'agenda dans les villes et les municipalités, à l'alignement et à la coordination avec les politiques nationales et multilatérales. La plupart des défis identifiés dans les Objectifs de Développement Durable relèvent des compétences des régions, mais ce n’est pas uniquement à cause de cela : les régions connaissent, veulent et peuvent contribuer au développement local, mondial et régional dans tous les parties du monde.

En conclusion, l'Agenda 2030 est une tâche pour tous et toutes, c'est un programme global et universel qui nous engage à agir avec une vision de transformer la société actuelle en un avenir d'intégration des trois dimensions de la durabilité: économique, social et environnemental.

Les régions ne sont pas une courroie de transmission, nous sommes et nous assumons le leadership du programme de développement durable en tant qu'agents transformateurs. Nous prenons le défi de créer l'avenir que nous souhaitons où personne n'est laissé derrière.

 

 


© All rights reserved ORU. Barcelona 2020