De la participation citoyenne aux ODD, travail en cours

Carles Agustí 

Consultant international sur la gouvernance et les ODD et responsable pays de l'IFGICT

Innovation, évolution permanente, c’est des concepts liés à tout travail, et donc aussi, et à plus forte raison, au monde de la gouvernance et de la technologie. La société évolue, chaque génération est différente de la précédente, en termes de besoins, de vision, de demandes, et les administrations publiques et les entreprises doivent s'adapter, à la fois en écoutant ce que les citoyens veulent et ont besoin à chaque instant, et en proposant les bonnes solutions.<

Ainsi, avec cette évolution et cette innovation permanente, nous sommes passés de la participation des citoyens aux Objectifs de Développement Durable, et plus particulièrement à l'objectif 16, qui comprend toutes les questions relatives à la gouvernance publique, ainsi que les objectifs de paix et de justice.

Si nous regardons en arrière, il y a 15 ans, il n'y avait que la participation citoyenne, pas transversale, isolée, comme un bel outil pour faire de la politique peu réfléchie, une matière pas très importante pour les gouvernements. Ce n'est pas un outil qui a été considéré pour résoudre tous les problèmes, mais un outil de plus pour résoudre, si cela était jugé nécessaire, un problème quelconque, ou comme un accompagnement, parfois plus ornemental que réel, d'une initiative politique importante.

La crise de la politique arrive et avec elle la première évolution ou hybridation, les politiques de participation citoyenne cessent d'être quelque chose isolée pour faire partie du Gouvernement Ouvert, un concept plus large, maintenant transversal, et qui est maintenant considéré comme une solution globale aux maux de la politique. La participation des citoyens, ou l'implication des citoyens dans la gouvernance politique, est associée à la transparence et à l'ouverture des données, trois dynamiques qui aboutissent sous une même égide, celle du Gouvernement Ouvert, comme moteur de transformation de la gouvernance et de changement de paradigme dans la relation entre les citoyens et les administrations et vice versa.

Il existe de nombreux exemples dans le monde entier de développement, partout sur la planète, d'expériences concrètes de gouvernement ouvert. À cet égard, il convient de noter la reconnaissance accordée par l'ORU Fogar et le PNUD au niveau régional, avec la reconnaissance récente de l'expérience de Nariño (Colombie) ou les Prix Internationaux de l'OIDP.

En même temps, la porte du monde privé commence à s'ouvrir. Certaines des stratégies de participation des citoyens commencent à avoir un sens dans les politiques de certaines entreprises, qu'elles soient axées sur les citoyens ou sur les travailleurs internes. Et le monde des données commence également à s'ouvrir, le Big Data, la gestion et la gouvernance des données, et plus précisément, par le biais des données ouvertes, il s'ouvre également au secteur public.

Avec l'ouverture du gouvernement, la technologie, qui n'avait qu'une entrée relative dans le panorama auparavant isolé de la participation citoyenne, commence à faire son chemin, surtout lorsqu'il s'agit de réformes majeures, souvent dans de grandes administrations ou entreprises, et touchant parfois des populations de millions de citoyens, surtout si l'on parle de régions.

Et cela nous amène à la prochaine hybridation. Il y a quelques années, le monde des Smart Cities, est arrivé. Il est apparemment lié aux villes, mais il a évidemment une traduction dans les régions et territoires sous le concept de Smart Region (c'est ce que fait le gouvernement provincial de Barcelone, par exemple) ou de Smart Territory.

Le concept de Smart City ou Smart Region apparaît au départ peu compris et confus, puis il prend tout son sens en tant que technologie au service de l'amélioration de la vie quotidienne des gens, également en matière de gouvernance, en étant capable de connaître, de participer et de dire ce qu'on pense. De l'hybridation des politiques d'ouverture gouvernementale et du concept de service technologique des Smart Cities ou Smart Regions, naît la Smart Governance ou Smart Citizens, une technologie appliquée pour capter les connaissances des citoyens afin d'en tirer profit pour la construction de projets ainsi que pour la prise de décision.

Et enfin, très récemment, nous sommes en route vers l'hybridation ultime. L'Organisation des Nations Unies (ONU), dans ses réflexions à l'échelle planétaire, lance ce qui semblait au départ une voie incertaine, mais qui s'est figée et commence à être considérée comme une stratégie essentielle pour toute administration publique dans le monde, les Objectifs du Développement Durable (ODD), où l'objectif numéro 16 inclut la gouvernance, avec la paix et la justice, comme l'une des valeurs et des thèmes à traiter et à faire évoluer. Ainsi, la participation citoyenne a donné lieu au gouvernement ouvert, ce qui a donné lieu aujourd’hui à la Smart Governance, ce qui devient partie d'une stratégie mondiale d'amélioration et d'innovation dans la relation entre l'administration et les citoyens.

Innovation, évolution, actualisation, sont des concepts qui prennent du sens et de la vitesse dans l'ère de la technologie, une opportunité pour la transversalité et la globalité définitives des politiques, non seulement de la gouvernance publique, mais aussi de la gouvernance privée, et pour ce qui est la véritable révolution de la gestion à tous les niveaux, les Big Data.

 


© All rights reserved ORU. Barcelona 2020