Une nouvelle journée transfrontalière demain ?

Mme Ann-Sofi Backgren

Président de l’Association des Régions Frontalières Européennes (ARFE)

Depuis le 12 mars, je travaille depuis chez moi. Heureusement que je vis à la campagne près de la mer et près de la forêt. Je vis dans un petit village. J’ai ma propre maison avec un jardin. J’ai beaucoup d’espace. J’ai près de la nourriture locale et certains de mes parents vivent près de moi aussi. Je vis dans une région maritime transfrontalière, le Kvarken, qui a une frontière maritime avec la Suède. Il est situé dans la partie nord de l’Europe. Je vis moi-même du côté finlandais. Si vous regardez la carte, je vis en dehors de la ville de Vaasa, près de la mer. Pour beaucoup d’entre vous, la situation peut sembler très différente et aussi notre région frontalière.

Habituellement, de nombreuses régions frontalières sont assez périphériques, loin des capitales. Avec des partenaires de l’autre côté de la frontière, différents acteurs transfrontaliers tentent de résoudre des obstacles communs dans la région frontalière, mais aussi de croire en l’avenir en créant des projets et des solutions communes.

En quelques semaines et même quelques jours, le monde a changé, voire s’est arrêté. La société s’est enfermée. Par exemple, dans de nombreux endroits, les écoles ont été fermées, les gens ont commencé à travailler à domicile et même les frontières ont été fermées. Dans ma région, nous avons un ferry qui relie la Suède et qui s’arrête pour les passagers. Seul un certain nombre de navires très importants ont été autorisés. Dans la partie la plus septentrionale de la zone frontalière entre la Finlande et la Suède (frontière terrestre), nous avons soudainement eu un point de passage frontalier avec patrouille frontalière. C’est quelque chose de très inhabituel parce que nous avons un marché du travail commun dans les pays nordiques depuis 1954, ce qui signifie pratiquement des frontières ouvertes. Donc, soudainement, nous nous sommes réveillés à un nouveau matin avec des frontières fermées.

Cela fait bientôt deux mois que je travaille de la maison. D’abord ce fut presque un choc, j’ai dû tout annuler, de nombreux voyages, réunions, événements. Ensuite, je n’e me suis pas ajuster, mais réadapter à une vie plus numérique. Et tout à coup, mon calendrier était complet, avec beaucoup de réunions en ligne, de séminaires, de webinaires, de groupes de discussion et même de pauses-café virtuelles. Après de longs jours face à  mon ordinateur, il était vraiment agréable de sortir dans le jardin, la forêt ou même aller à la pêche par la mer. J’ai vraiment apprécié l’air frais et la liberté de l’espace.

Que se passera-t-il après le covid-19 ? Qui sait ? Cependant, je saisis cette occasion pour réfléchir sur l’avenir et surtout dans les régions frontalières. Je pense que la vie locale-régionale va connaître une nouvelle renaissance qui inclut la coopération transfrontalière. Nous devons repenser la façon dont nous vivons notre vie et essayer d’obtenir plus de durabilité et de résilience dans nos actions. Nous devons développer une sorte de chaîne de valeur locale-régionale-transfrontalière dans nos vies professionnelles et commerciales, en pensant encore plus à la sécurité personnelle dans les régions frontalières et avoir un plan de sauvegarde dans des domaines essentiels, comme la coopération dans le domaine des soins de santé.

Je ne pense pas que nous voyagerons comme avant la crise du covid-19, nous y réfléchirons à deux fois si c’est nécessaire. Cependant, j’espère que nous découvrirons des sites touristiques transfrontaliers avec une nouvelle curiosité. Parfois, nous pouvons être aveugles et regarder des sites lointains, exaltés nos vies quand nous avons à la place quelque chose d’intéressant près de nous. La numérisation entrera dans notre vie quotidienne d’une manière plus cruciale. Nous utiliserons certainement plus d’outils en ligne pour les réunions et la coopération. Cela signifie également que les régions frontalières ne sont plus périphériques; « nous vivons tous au coin de la rue ». Les régions seront plus enclines à prendre leurs propres mesures et à développer des solutions transfrontalières avec une approche basée sur le lieu en utilisant à la fois le savoir-faire commun des deux côtés de la frontière, mais aussi en utilisant la numérisation comme nouvel outil. Avec le Covid-19, les gens ont également apprécié la nourriture locale-régionale de plus en plus. Je pense que ce comportement de consommation restera.  Il est à espérer que nous assisterons à une plus grande coopération transfrontalière sur les marchés alimentaires à l’avenir.

Enfin, je pense que nous vivons une époque très excitante et je suis sûr que nous avons beaucoup appris sur nous-mêmes, sur ce que nous valorisons et apprécions des choses que nous avions peut-être prises pour acquises plus tôt. Je suis positif, je crois en la coopération transfrontalière et je pense que nous avons maintenant l’élan nécessaire pour actualiser notre travail dans un contexte futur.

Ensemble, nous sommes plus forts et moins vulnérables !

 


© All rights reserved ORU. Barcelona 2020