Ce qu’il reste de 2015

L’agenda international de la deuxième moitié de 2015 est très chargé. Il faut souligner deux rendez-vous clé auxquels les membres de l’ORU travaillent depuis des années: la révision des Objectifs du Millénaire pour le Développement et la Conférence des Nations Unies sur les Changements Climatiques, la COP21. 

Ces dernières années, l’ORU a axé tous ses efforts sur la prise en compte des gouvernements intermédiaires en tant qu’acteurs dans l’élaboration de politiques de développement et de lutte contre le changement climatique. Nous sommes fermement convaincus que les régions et les états fédérés, en raison de leur emplacement et leur proximité au territoire, sont les mieux placés pour  concevoir et mettre en place les actions associées à ces politiques.

L’ORU a un groupe de travail spécifique sur l’agenda post-2015, à travers lequel notre organisation, en tant que porte-drapeau de la revendication de l’importance du territoire  dans le développement, a participé dans tous les débats et dans toutes les consultations des Nations Unies. Aujourd’hui, dans cette dernière période, nous luttons pour obtenir des indicateurs régionaux ou territorialisés.  Nous sommes sûrs de pouvoir nous en sortir, notamment parce que nous croyons que ce que nous réclamons est de bon sens.

À ce stade, il est juste de remercier le travail de pilotage de la Catalogne sur cette thématique  à l’intérieur de l’ORU, comme coordinatrice du Groupe de Travail Post-2015. Nous savons par expérience qu’il est difficile de s’écarter du travail local propre pour s’engager dans des domaines de représentation internationale. Les dirigeants politiques catalans, ainsi que leurs cadres techniques, ont déployé des efforts particuliers dans l’agenda Post-2015, et pour cela je suis spécialement reconnaissant à Marta Macias, directrice générale de la coopération catalane et membre de notre Bureau. Par ailleurs, nous avons travaillé sur ce sujet ensemble avec CGLU dans le cadre de la Global Taskforce de Gouvernements Locaux et Régionaux, à qui je voudrais remercier pour leur enthousiasme et capacités techniques. 

En ce qui concerne le changement climatique, l’ORU a été présent aux débats grâce à notre partenaire nrg4SD, dont l’expertise technique est incontestable. R-20, récemment intégré à l’organisation, a participé aussi dans un important événement qui a eu lieu à Paris il y a quelques mois.

Dans les mois à venir, plusieurs rendez-vous auront lieu au niveau régional pour préparer la COP21, un sommet conçu par et pour les états uniquement, mais dans lequel les régions devraient pouvoir se faire entendre. Le premier rendez-vous, la MEDCOP21 organisé par la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, sous l’égide du Président de la République Française. Le deuxième, le Sommet Mondial sur le Climat et Territoires organisé par la région Rhône-Alpes. Le travail de lobby des présidents Vauzelle et Queyranne à une valeur inestimable, ainsi que l’énorme travail de notre ami Bernard Soulage, vice-président de Rhône-Alpes et membre de notre Bureau, pour la réalisation de ces objectifs.  

Si le niveau régional parviens à influencer sur ces grands événements internationaux – il est juste de le reconnaître- il sera grâce à l’effort d’un petit nombre de régions et de personnes qui ont un grand engagement et détermination. J’espère que, à l’avenir, cet engagement et cette détermination continueront à être présents dans la défense des gouvernements intermédiaires comme acteurs dans l’agenda international.

Plusieurs gouvernements régionaux forts, comme les lands allemands, ont des politiques de coopération importantes et une vision très claire du Post-2015. C’est le cas également de certains gouvernements régionaux africains, asiatiques et de l’Amérique Latine. En ce qui concerne le climat, certains états des Etats Unis ont des politiques avec des caractéristiques propres par rapport au gouvernement fédéral. Tous ces acteurs devraient rejoindre l’Organisation des Régions Unies.  Nous savons bien que nous serons plus forts si nous unissons nos forces pour défendre les intérêts des gouvernements régionaux. 


Paúl Carrasco

Président de l'ORU

 

 


© All rights reserved ORU. Barcelona 2020