Les régions s'engagent pour la Souveraineté Alimentaire

Le IV Sommet « Faim zéro » n'était pas la première fois que l'ORU Fogar débattait de la question de savoir si le concept idéal était la sécurité alimentaire ou la souveraineté alimentaire. Au Forum de développement économique local de Turin en 2015, il y avait déjà eu un grand débat sur le sujet. Le Côre Groupe de Sécurité Alimentaire de l’ORU Fogar doit-il changer de nom ? A cette occasion, le nom « Sécurité » a été conservé. En 2020, avec une présence latino-américaine très importante, le groupe a été rebaptisé Côre Group de Souveraineté Alimentaire. Jamais comme lors de ce Sommet de Temuco (Chili), pourtant, l'engagement en faveur de la souveraineté n'avait été aussi clair.

La sécurité alimentaire, a-t-on dit, indique la disponibilité et la suffisance de la nourriture, quelle que soit son origine. Cela signifie qu'ils peuvent finir par acheter les produits à des destinations lointaines, avec l'effet pervers que les pays s'endettent et finissent par être dépendants. Ainsi, ils ont opté pour une situation où la nourriture est non seulement disponible, mais renforce également l'économie locale, génère des revenus pour les agriculteurs autochtones et contribue au maintien de la biodiversité du lieu.

Dans l'espace dédié à ce sujet, un Européen, un Africain et un Américain ont participé. Le secrétaire général de l'ORU Fogar, Carles Llorens, européen, a présenté le cadre conceptuel du débat. Il a expliqué que le concept de "sécurité alimentaire" est né de la Conférence mondiale de l'alimentation de 1974 lorsque, après la crise pétrolière de 1973, on craignait des pénuries de produits. On parle de souveraineté à partir de 1996 où l'on constate certains effets pervers de la mondialisation. Llorens a souligné à quel point il est positif qu'un marché alimentaire mondial permette à l'Europe d'acheter des tomates du Maroc, au Nord d'acheter des bananes de l'Équateur, ainsi que du café et du cacao de tant de pays d'Afrique ou d'Amérique. "Cela ne signifie pas que nous devons préserver d'importantes sphères de souveraineté, car nous ne pouvons pas confier notre subsistance à un commerce international de plus en plus vulnérable à toute éventualité." Ainsi, il était favorable à la consommation locale, au KM0, à la protection des appellations d'origine ou à des propositions comme celles de Slow Food.

Le président de l'Association des départements du Sénégal, Adama Diouf, a souligné qu'il existe en Afrique suffisamment de ressources pour que le continent soit autosuffisant : des terres agricoles de qualité, de l'eau et une culture agricole remarquable. Il a souligné que l'Afrique doit améliorer la mécanisation de son agriculture, tout en développant une puissante industrie agro-alimentaire. "Le défi - a-t-il expliqué - est de produire suffisamment de quantité et de qualité pour nous nourrir". Diouf a expliqué que, selon la loi, aujourd'hui, au Sénégal, la terre est considérée comme un "bien national", ce qui vise à arrêter la spéculation sur les terres agricoles qui se déroulait en Afrique.

Jesus Quispe, un expert péruvien sur la sécurité alimentaire andine, a expliqué que la priorité de tous les niveaux de gouvernement au Pérou est d'avoir des enfants bien nourris. « C'est, dit-il, l'agenda des gouvernements nationaux, régionaux et locaux ». Pour ceux qui étaient gérants de l'Association régionale des Andes, sur leurs territoires, la qualité de la nourriture dépend de la présence de produits locaux. « Notre souveraineté alimentaire -a-t-il affirmé- passe par notre sécurité alimentaire territoriale ». Ainsi, il était partisan de fonder l'alimentation des habitants andins sur la riche diversité alimentaire de leurs terres.

Un contrepoint intéressant à ce débat a été l'intervention d'Ignasi Rodríguez, responsable des relations extérieures du ministère régional de l'Action climatique, de l'Alimentation et de l'Agenda rural du gouvernement de Catalogne. Il a déclaré que, dans des territoires comme ceux de l'Europe, c'était aujourd'hui une chimère d'aspirer à la "souveraineté alimentaire". «Nos marchés - a-t-il affirmé - sont approvisionnés en nourriture de différentes latitudes. Nous n'aspirons pas à être autosuffisants, mais à augmenter considérablement la superficie des terres cultivées, qui au cours des dernières décennies a considérablement diminué. Le représentant catalan, à ce stade, a défendu la qualité des produits avec appellation d'origine et la garantie offerte par ces certificats, approuvés par l'Union européenne et reconnus par tous les consommateurs européens.

Très diverses ont été les interventions qui défendaient les produits à appellation d'origine, l'agriculture biologique ou la nécessité de rapprocher les champs, les marchés et les foyers. Víctor Serrano, directeur de l'institut IMIDA, du gouvernement de Murcie, en Espagne, a expliqué, par exemple, que dans sa région, il existe 8 appellations d'origine (avec réglementation nationale), 4 indications géographiques protégées (avec réglementation régionale) et une garantie Spécialité traditionnelle de caractère européen. Avec eux, nous travaillons avec d'autres labels de qualité qui, comme dans le cas de l'Agriculture Biologique, permettent de différencier les produits par les techniques utilisées dans leur production. Il a également évoqué les initiatives de récupération des variétés traditionnelles qui, ces dernières années, ont disparu des circuits commerciaux. Parmi toutes ces interventions, celle de Roberto Carcangiu, chef et président de l'Association professionnelle des chefs italiens, a été particulièrement significative. Défenseur du bon sens en cuisine et auteur de plusieurs ouvrages sur la cuisine régionale italienne, il était partisan de la cuisine de terroir.

Voir l'album photo du IVe Sommet ici

Newsletter

Abonnez-vous à nos dernières nouvelles ...
 

© All rights reserved ORU. Barcelona 2022